A propos KevFortin

Créateur de vidéos.

Aux biens pensants de TLMEP

Commentaire éditorialiste télévisuel du jour.

Encore une fois ce soir, les supposés bien pensants de Tout le monde en parle, nous montrent qu’ils sont complètement déconnectés d’un sujet. Ce soir avec le web trash et  underground, l’autre jour avec les jeux vidéos (et leurs questions sur la violence). L’autre fois avec les anglophones de Epic Meal Time qui sont passés pour de vrais épais. Only in Québec.

Loin de là d’approuver les propos de marde de Gab Roy, j’approuve par contre l’idée de non censure et sa volonté de faire réagir et de dénoncer dans le très trash.

Finalement, je me demande pourquoi j’écoute encore cette émission biaisée. Et non, je ne suis pas de droite. À force de trop vouloir se prendre au sérieux, on en oublie les vraies choses. Slaquez votre prétention et achetez-vous du deuxième degré. De l’ouverture d’esprit n’a jamais fait de mal à personne.

Pourquoi je voulais pas Jean Tremblay comme Maire.

J’ai laissé un commentaire sur Facebook et finalement je me suis rendu compte que c’était pertinent pour un billet sur mon blog…

Le Maire se comporte comme si la ville lui appartenait. Pas d’opposition et insulte, personnellement, ceux qui disent être contre lui. Quand il nous fait passer pour des arriérés,religieux et xénophobes aux nouvelles nationales, il fait des investissements louches avec nos fonds publics dans Promotion Saguenay.

Jean Tremblay a toujours dit ne pas consommer de culture locale, avouant souvent ne lire que des livres anglophones. C’est une très très mauvaise nouvelle pour la culture saguenéenne qui, ne sera pas censurée, mais n’aura aucun moyen de se faire connaître à l’extérieure de la région.

Jean Tremblay est aussi la personne qui crois pouvoir mettre à terre n’importe lequel bâtiment faisant parti de l’héritage pour y construire un parc qui va être vide 90% du temps.

Tremblay est contre les intellectuels. C’est complètement ridicule être contre ceux qui réfléchissent. Quoique qu’il a raison, ceux-ci sont capable de voir comment il est croche et ont la possibilité de lui enlever son pouvoir de faire à peu près n’importe quoi avec la ville, genre des grosses lettres inutiles à La Baie.

Finalement, ceux qui disent qu’il a fait beaucoup pour la ville, j’aimerais savoir avec quoi vous comparez parce que c’est le premier maire que la ville a jamais eu.

C’était clair que Paul n’avait pas l’étoffe d’un maire, mais Tremblay a plus que fait son temps. J’AI voté et JE vais continuer de chialer pour un autre 4 ans.

Choses que mon lapin a pas peur :

Motocross.
Balayeuse.
Tapage dans les mains.
Cris.
Tonnerre.
« Bouh! »
Musique forte.
Sauter par terre.
Coups sur la cage

Choses que mon lapin a peur :

Bouteille de savon à vaisselle. 

Apple vous prends pour des épais

Je pourrais écrire un loooong texte expliquant ma haine envers Apple et tout ce qu’elle représente. Envers ses fans qui te regardent comme un arriéré lorsque tu leur dis que tu n’as pas de iTéléphone ou de iOrdinateur. Ces gens qui croient avoir la vérité absolue sur la technologie en possédant un appareil roulant sur un système infaillible. En plus d’être limité et fermé, iSystème est dépassé. Les produits Apple sont chers pour rien, parce qu’à part avoir un « design parfait », comme ils le disent, nous pouvons facilement avoir pareil sinon mieux en allant voir ailleurs pour pas mal moins cher. Bref, laissons les autres parler pour soi. Trois petits liens qui  te montreront que tu te fais avoir par Apple.

*Note : Si je partage ces deux liens, c’est qu’il représentent bien ce que je pense. Ce n’est qu’un opinion.

10 preuves qu’Apple vous prend pour des idiots d’assistés | Geeko

Il est question ici :
1- Son iSystème fermé et limité.

2- Elle se fout des critiques de ses utilisateurs et améliore ce qu’elle veut.

3- Vous payez 60% plus cher que le vrai prix de fabrication du iTéléphone et vous êtes prêt à acheter n’importe quoi avec un pomme dessus sans poser de questions.

4- Apple se fout de la personnalisation. Vous avez ce que vous avez et c’est tout.

5- Apple ne se gêne pas pour vous dicter comment utiliser son appareil malgré le prix faramineux que vous avez payé pour l’utiliser.

6- iTunes est un logiciel de merde. Comme si ce n’était pas assez, vous êtes obligé de l’utiliser.

7- Apple tente de nous faire avaler qu’un assistant-vocal est une révolution.

8- C’est l’app store ou rien d’autre. Pas question d’héberger un application sur son propre site. Ce qui apporte un monopole sur le côté du prix et un (très) mauvais tri des applications dans son magasin.

9- Un gestionnaire de fichiers, en 2013, est une chose trop compliquée pour iOS, alors que tous les autres OS, même iOrdinateur, en ont un (le fameux Finder)! Pas de gestionnaires de téléchargements non plus. Pourquoi se casser la tête quand on peut tout faire dans un très mauvais logiciel obligatoire et être complètement dépendant d’un fil, d’une connexion internet et du Wi-Fi?

10- Les systèmes fermés empêchent l’innovation des applications tierces. Si ce n’est pas la pomme qui innove, alors aucune application ne le fera.

Poursuivons avec ce site anglophone du même sujet avec sensiblement les mêmes points.

Apple’s Middle finger: It’s Pointed at You

Voyons voir de quoi on parle ici :

1- Le slogan « It just works ». Si c’était le cas, il n’aurait pas plus de 300 000 résultats de sur Google à « Apple repairs »

2- Tout les composants du iOrdinateurPortable sont collés. C’est-à-dire, que si vous voulez augmenter, par exemple, votre RAM, vous devrez changer l’ordinateur au complet au lieu d’une simple barrette de RAM (2000$ vs 100$). De plus, ces ordinateurs ont une durée de vie maximale de 2 ans. (Mais ça c’est pas un problème Apple seulement. Capitalismes bitches!)

3- Les produits Apple ne peuvent pas être ouverts et réparés par Monsieur-Madame tout le monde. Vous devez absolument payer des sous pour qu’on le répare pour vous. Apple considère donc que vous n’êtes pas assez responsable pour vous occuper d’un appareil dont vous êtes le propriétaire. Vous n’êtes pas non plus, capable de changer une batterie.

4- Le fameux iTunes. Vous forçant à utiliser ce logiciel, mettre une chanson de 5Mb peut prendre énormément de temps à cause de la synchronisation. Alors qu’avec tout autre système, un simple drag-n-drop et votre chanson est ajoutée à peu près 2 secondes plus-tard. C’est encore pire si vous avez une grosse bibliothèque! iTunes est une des pires applications à avoir vu le jour sur Windows, et non, ce n’est pas dû au VILAIN Windows!

5- Apple est un maître pour voler les idées qu’ils aiment des autres développeurs et faire passer ça comme une révolution dans une nouvelle version de iSystème sans aucune reconnaissance. Pensons à la synchronisation par Wi-Fi, aux claviers Bluetooth, au multitasking, au copier-coller, au centre de notifications… Comme si ce n’était pas assez, pour empêcher le plus de gens d’avoir accès à de vraies innovations, ils bloquent le jailbreak disant que ça peut « endommager l’appareil »

6- Apple a un format de fil propriétaire, c’est à dire qu’un fil USB normal fonctionnera avec tous les appareils et les téléphones au monde, sauf le iTéléphone. Pour ce faire, vous devrez payer, trop cher, pour le format propriétaire de la pomme. Tout le monde se souvient du iTéléphone 1 qui n’était compatible qu’avec les écouteurs Apple. C’est le seul moment où les iFans ont fait assez de bruit pour que la compagnie change ça. (C’est quand même très surprenant!) Puis, voyant que vous aviez tous vos accessoires, Apple a  poussé l’audace à changer complètement son connecteur vous poussant à dépenser à nouveau pour tous vos accessoires. Ils veulent que vous dépensiez le plus d’argent possible en achetant leurs produits. (Vive le capitalisme!)

7- La guerre des brevets. Apple essaie de faire breveter tout et n’importe quoi pour bloquer la compétition et l’innovation. Saviez-vous qu’ils ont déjà essayé de breveter le rectangle?

8- Ils sortent un produit, sans réelle amélioration, puis lorsqu’on leur demande pourquoi ils ne sortent pas ce que tout le monde recherche et veut, ils disent que « c’est mieux ainsi » parce que « personne s’en sert », de toute manière. Puis, ils ressortent plus-tard un autre produit, en ajoutant toutes les améliorations voulues, puis un S au nom, en disant que c’est RÉVOLUTIONNAIRE!

9- « Si ça marche pas ben, c’est pas de ma faute! » Mauvaise réception? Tu tiens mal ton téléphone! Ton iPod a infecté ton ordinateur? C’est la faute à Windows!

10- On peut tout faire croire avec une grosse campagne de pub, même qu’il n’y a pas de virus sur notre système. Encore aujourd’hui, plein de iFans n’ont pas d’antivirus et sont menacés d’un infection n’importe quand. Les virus pour OS X existent!

11- Siri était disponible sur le App Store bien avant le iTéléphone 4. À la sortie de ce dernier, Apple l’a retiré et a forcé tous les utilisateurs à migrer vers le nouveau pour y avoir accès. (Quoique ce n’est pas uniquement un cas d’Apple ça…)

12- Une grosse campagne de pub plus-tard, Apple est capable de faire gobber aux gens, qu’ils deviennent plus créatif sur un iOrdinateur. Honnêtement, c’est pas l’OS qui détermine la créativité, c’est la personne qui s’en sert. Personne ne peut affirmer sur quel OS un dessin a été créé…

En conclusion, Apple n’est pas la Sainte-Compagnie dont les fans essaie de nous faire croire. Elle n’est pas la plus grosse compagnie du monde (aujourd’hui rendu 2e) pour rien! Ils ont compris comment fonctionne le capitalisme et que pour faire le plus d’argent possible, il faut en donner le moins possible pour le plus cher possible. Des produits de luxe? Nah, quand j’achète du luxe, je m’attends d’avoir entière liberté de ce que je peux faire avec mon produit et d’en avoir pour mon argent.

* BONUS! * Vous venez de vous rendre compte que vous vous faites avoir par Apple? Lisez ce test de l’OS Android, ça peut être un bon début pour vous débarrasser d’eux…

Un maniaque et développeur d’iPhone et d’Apple migre vers Android (Anglais). 

Afficher tous vos amis Facebook

Facebook n’affiche pas tout vos amis sur Facebook, voici un petit guide rapide pour afficher les actualités de tout vos amis avec la création rapide d’une liste.

Histoire twiterrienne

J’ai le goût d’écrire une histoire. Je vais demander aux gens de Twitter de me donner des idées et ça va donner  une histoire complètement random et absurde.

Un bon après-midi, dans une place indéterminée, près d’un endroit inconnu, il y avait Agadou. C’est le genre de personne spéciale, voire bizarre. On ne sait jamais ce qu’il fait ni comment il va réagir. Les gens disent qu’il est dans son petit monde et tâchent de ne pas trop interagir dans la vie. Agadou c’est la personne qui réponds quelque chose qui rends toujours la situation malaisante. C’est celui que les gens respectent simplement comme marque de respect mais tout le monde aimerais mieux ne jamais le croiser tellement il est bizarre. Bref, vous voyez le genre!

Agadou était en train de fendre des autobus avec ses coudes dans sa cours arrière. C’était une journée normale. Il avait lancé un commerce de parties d’autobus pour avoir un peu de revenu parce que son autre commerce de fleurs jaunes n’était que saisonnier considérant que les pissenlits ne poussent qu’au printemps. Agadou avait aussi une passion, celle de collecter des pièces de moustache. Passion qu’il avait débutée il y a quelques années alors qu’il était barbier. Il avait une certaine préférence pour les barbes rousses et les roux frisés.

Alors qu’il terminais à peine de fendre son troisième autobus de la journée – il travaillais déjà depuis 15 minutes – quelqu’un arriva. Cet homme, Maturin, comme on l’avait surnommé parce qu’il est mature et in, était tout en panique et en sueur.

« Qu’est-ce que tu as là? Pourquoi tu panique? demanda Agadou.
– Ben j’suis en panique. repris Maturin
– Eille c’est le fun! Parle-moi de ça!
– J’ai voulu prendre le creton dans mon réfrigérateur mais il y en avait plus. Depuis ce temps, je panique.
– Quand est-ce que c’est arrivé?
– Ça fais deux semaines.
– Et tu remarque juste aujourd’hui que t’en a pu?
–  Non, ça fais deux semaines que je panique.
– Pourquoi as-tu attendu aussi longtemps pour venir me voir dans ce cas?
– Parce que j’avais trop honte pour sortir et que les gens me voient dans cet état.
– Ouin, c’est vrai qu’t’es pas super attirant. Avec ton gros nez pis tes yeux croches.
– Mais…
– Oups, mais as-tu pensé aller en acheter à l’épicerie?
– Non ben justement, c’est pour ça que je venais te voir. Je veux que tu ailles me l’acheter!
– Mais moi j’peux pas! J’ai des autobus à fendre.
– Inquiète toi pas, je vais m’en occuper!
– Bon OK, j’y vais. Mais touche pas à mon phoque qui s’appelle Fuck! »

C’est alors que Agadou parti à l’épicerie. Il ne savait pas dans quelle aventure il allait s’embarquer.

En route vers l’épicerie, Agadou vit une drôle de madame avec un air louche qui marchais dans la rue. Ce n’était pas commun de la voir en ville elle. Habituellement, elle reste chez-elle et regarde ses plantes pousser. Agadou la regarda passer et il continua sa route.

C’est alors qu’Agadou croisa Robert et entama la conversation avec. Les conversation avec cet homme ne volent jamais bien haut. Il faut dire que Robert est sourd et Agadou ne connais pas le langage des signes. Donc les conversation c’est un peu n’importe quoi. Agadou aime quand même discuter avec Robert. Il a l’impression qu’on le comprends et qu’on l’écoute. Après une longue conversation profonde, il continua sa route.

Agadou passa devant son commerce de confiseries préféré. À cet endroit, on y faisait sa gâterie péférée : du bacon trempé dans le Nutella. Il adorait ça. Ça lui rappelais son enfance alors que sa mère lui faisait ça pour le récompenser d’avoir été un bon p’tit chien. Il était chanceux en plus! Aujourd’hui, il y avait un spécial sur sa gâterie préférée. Trois morceux pour 45$. Une vraie aubaine! Agadou s’en acheta une caisse et s’en alla au parc pour la manger.

Le ventre plein, Agadou repris la route de l’épicerie. Il était horrifié de voir qu’elle était fermée pour la journée « à cause de raisons mystérieuses et inexpliquées ». Agadou ne pouvait pas y croire et voulait absolument acheter le creton. Il força la porte et entra à l’intérieur.

C’était sombre, mystérieux et inexpliqué. Agadou tenta de trouver l’allée des cretons mais il a rapidement vu qu’il n’y avait plus rien. Jusqu’à ce qu’il passe à côté d’une caisse sur laquelle il y avait un gros cerceau en or qui allume et l’éblouie. Il décida de commencer à jouer au hula-hop avec puis fut transporté dans le futur. Rien de moins.

Il fut transporté 300 ans plus-tard. Au beau milieu de ce qui était jadis l’épicerie. Il ne restais pas grand chose, mis à part quelques cochons ici et là. C’était une ferme du futur. Avec des cochons munis de yeux rayons laser et des vaches volantes. Agadou visita la ferme et arriva dans un enclos d’un animal qui ne connaissait pas. C’était un genre de chat avec des pattes et des yeux, mais en plus gros. Pas gros comme un lion, mais plus encore. Très très gros. Genre massif. L’enclot de cet animal était surélevé. Il y avait un écritôt dans le bat décrivant le nom de l’animal. Il appris que c’était un « Bronco ». La cage contenais une bonne dizaine de broncos. C’est spécial comme animal. Ça peut se compacter dans un petit endroit pour laisser de la place à d’autres animal de la même espèce. Ça peut aussi grossir de devenir très gros et très lourd pour écraser ses prédateurs en cas de danger.

Agadou décida de s’approcher de la cage mais en s’approchant, il s’accrocha dans une craque au plancher puis tomba sur un support de la cage de broncos puis sous cette cage. Ceux-ci se mirent grossir et sursauté à cause du bruit. Le support n’a pu retenir le pois des animaux massif et lâcha. La cage tomba sur Agadou et il se fit écrasé.

Fin

 

Crédit :
@FannieRochefort : Nom du personnage
@FredeFly : Emploi et passion sur les moustages. Se met a parler a un sourd. Y mange du bacon avec du nutella pis son animal de compagnie stun phoque qui s’appelle Fuck.
@marieccaron : Bûchage de bois :
@Punk_Pin_Up : Creton
@MrRuche : un maréchal trouve la bague d’un géant et s’en sert pour voyager dans le temps, pour se faire écraser par les broncos 300 ans +tard
@felixlaudet : Horrifié

Québec 2012 : Longue vie au vote avec ses conviction!

Je me suis fait insulter parce que je disais que je voulais voter avec mes convictions. Ça va tu assez mal au Québec pour que tu sois même pu capable de voter pour ce qui t’allume et te fais plaisir juste pour empêcher le pire parti de l’histoire du Québec de gouverner à nouveau.

Je voterai pas PQ pour empêcher la CAQ ou le PLQ de gagner. Le PQ est aussi mauvais que les deux autres. En presque 50 ans, ils ont eu la chance de prouver ce qu’ils pouvaient faire et ils se sont complètement fourrés. Ils ont eu deux tentatives pour faire du Québec un pays et ça n’a pas fonctionné. Ils ont rendus le Québec dans le rouge et j’aime pas Pauline Marois, je ne le voit pas première ministre, pas parce que c’est une femme, mais je trouve qu’elle n’est pas une bonne communicatrice. Le PQ d’aujourd’hui ferait honte à René Lévesque.

Tout ça pour dire que si je veux voter pour un parti plus marginal, qui promet vraiment du changement ou qui, du moins, a eu moins d’occasions de montrer sa corruption, je m’empêcherai pas de le faire parce que c’est l’équivalent de voter pour l’autre parti que je ne veux pas voir au pouvoir.

Ils ne sont pas prêts de gouverner le Québec? Ils n’ont aucune chance d’être au pouvoir? Et puis quoi alors? Il faut leur donner une chance de prouver ce qu’ils valent, de leur faire connaitre la vie politique et leur donner de l’expérience. Avoir des membres de ces partis dans l’Assemblée Nationale ne peut qu’être bénéfique et apporter de nouvelles idées. Avoir de l’opposition en politique, c’est ça la vraie démocratie!

Les partis marginaux ne sont pas mauvais, ils n’ont juste pas le support des grands médias de masse qui les voient comme une menace. N’oublions pas que la CAQ est un nouveau parti, qui a eu l’appuie des médias qui ont réussi à les faire passer comme un « vrai » parti qui voulait apporter du « vrai » changement en faisant du ménage. Personnellement, je crois que tout ce que François Legault cherche, c’est un balais et un job d’homme de ménage. Parce que son « ménage » comme il le dit, est rempli de mauvaises idées sexistes, anti-jeunesses, anti-régions et anti-pauvres. Son « changement » comme il le dit, est un retour dans les années 60. Belle avancée!

Finalement, de qui je parles lorsque je dis « les partis marginaux »? Il est question de Québec Solidaire et de Option Nationale. Ces deux partis savent m’inspirer. QS a été ma révélation au débat et a m’a redonné confiance en la politique et montrant qu’on pouvait encore penser avec notre logique et notre tête, au lieu qu’avec nos poches et nos vieilles idées remâchées. ON propose de vrais changements, réfléchis, nobles et nous laisse penser, qu’effectivement, ils se préoccupent de la jeunesse et ne sont pas un parti de baby-boomers. Bref, ON a redonné toute la noblesse à la politique et la démocratie.

Tout ceci n’est qu’un opinion. Je n’accepterai pas les insultes et ne répondrais pas aux insultes. Il me fera plaisir de débattre avec tout le monde et d’écouter les points de vue de tous et chacun.

Histoire normale

Un beau jour normal, où il se passait rien d’anormal, ni d’exceptionnel, il y avait trois personnes, tout à fait normales, qui faisait rien de spécial. En plus d’avoir des noms normaux, ils avaient des personnalités normales. C’est ainsi que Luc, Jean et Stéphanie ne faisaient rien de spécial.

Stéphanie dit : «  Eille! C’est une journée normale aujourd’hui, hein!

–  Jean répondit : « Mets-en, y se passe rien de spécial.
–  Elle est tellement normale qu’on ne dirait pas qu’on est en train de vivre.
–  Je suis même prêt à dire que c’est une journée où il y a rien d’exceptionnel.
–   Pense-tu qu’on va réussir à passer cette journée normale sans qui se passe rien de spécial le reste de la journée.
–  Je sais pas. On sait jamais avec les journées normales. On sait jamais quand elles peuvent devenir encore plus normales.
–  On va attendre pis on va voir. »

Les deux amis continuèrent à parler ainsi pendant quelques minutes jusqu’à ce que Luc se joigne à leur conversation.

«  Hey, vous savez que vous avez vraiment une conversation normale?

–  Justement, dit Stéphanie, on avait l’intention de t’en parler. Tu ne trouves pas ça trop normal?
–  Ben non, c’est juste correct normal pour moi.
–   Tant mieux dans ce cas. »

Les trois amis continuèrent leur journée normale jusqu’à ce que Stéphanie ait une idée.

Lire la suite

Vidéoclips de garage

Un rassemblement de vidéoclips où on peut y voir des garagistes sexy qui ont chaud et qui souffrent.. Bref, toute l’originalité de la musique commerciale dans sa splendeur.

RIhanna – Shut Up and Drive (2007)

Rihanna entre dans un gros garage en voiture. Elle sort de la voiture avec son petit kit sexy et marche au ralentis. Le ralentis sert à démontrer toute la profondeur de cette scène au garage. On y voit des garagistes à l’œuvre puis Rihanna arrête de marcher et regarde ce qui se passe. Là, la musique commence et on voit les filles marcher et le garage se mettre en vie. Rihanna se promène d’un côté et de l’autre, va chercher des outils, donne une tape sur les fesses à quelqu’un puis se met à chanter. Là y’a des chorégraphie, du feu pis toute. Il y a même des scènes de courses de voiture où Rihanna fait son agace au chauffeur. Pis là on la voit chanter devant son groupe dans la ruelle de derrière. Finalement, à la fin on comprends pas trop ce qui vient de se passer, mais on a vu des belles filles et Rihanna en kit de cuir sexy.

Taio Cruz – Dynamite (2010)

Fade in. Il y a des filles qui travaillent sur des voitures habillées en petite tenues. Elles ont chaud. Elles font ce mouvement super cliché qui est celui de s’essuyer le front de façon sexy. Il y a une grosse musique dramatique qui commence et la moto de Taio Cruz apparait. Les garagistes se demandent ce qu’il se passe. Elles n’ont visiblement jamais eu de motos dans leur garage, car elles ne savent pas c’est quoi. Je ne suis même pas sûr que ce sont de vraies garagistes. La moto arrête, la musique commence et nous avons une grosse publicité de 5 secondes de BMW. Taio Cruz commence à chanter. Les filles ne travaillent plus, elles sont maintenant bien installées derrière le chanteur prêtes à servir de filles objet. Là, le beat accélère et tout le garage prends vie. Il y a encore la fille qui roule un pneu. Le chanteur marche avec deux filles à ses côtés. Il est beaucoup trop déterminé. Le vidéo continue, il y a des filles qui trainent un peu partout et qui font semblant de travailler. Là, le refrain embarque et il y a un groupe de personnes qui apparaissent comme par magie pis qui trippent. Pis là, le reste du vidéo ressemble à ce qui avait au début pis toute. Un moment ça explose. Probablement qu’il était trop hot et qu’il fallait que ça sorte. Finalement, le vidéo fini et ça donne le goût d’aller au garage par temps chaud.

Inna – Club Rocker (2011)

Pour ce vidéo lisez les descriptions de précédents vidéoclips en même temps. Ça va vous donner un bon aperçu de qu’est-ce qui se passe. Il y a encore des garagistes sexy, une course de voiture, qui est cette fois-ci conduite par la chanteuse hot elle-même. Dans ce vidéoclip, il y a une scène dans un ascenseur où Inna se déshabille. C’est la meilleure scène du vidéo. Un peu plus loin, il y a un lion. Sérieusement, j’ai ben beau chercher c’est quoi le lien mais je le trouve pas. Ce vidéo est pas mal plus sensuel que les précédents et beaucoup moins vulgaire, il faut quand même le dire.

La princesse

Il était une fois, une jolie princesse dans un grand château de cristal au beau milieu d’une forêt enchantée. La forêt était colorée et joyeuse, il y avait des oiseaux colorés qui y chantaient et de magnifiques grands arbres. Le soleil réfléchissait sur le château et créait de magnifiques arc-en-ciel. Les animaux de la forêt aimaient beaucoup la princesse, celle-ci avait l’habitude d’aller jouer avec eux et de leur donner de bons biscuits remplis de bonbons colorés. Il y avait une rivière non loin du château et l’eau qui y coulait avec la capacité de donner la jeunesse éternelle et la beauté à quiconque la buvait.

Un beau matin, alors que la princesse regardait par la fenêtre pour contempler sa magnifique forêt, elle vit rapidement quelque chose qui n’allait pas. Il semblait y avoir une grande licorne blanche blessée. La princesse se dépêcha d’aller retrouver l’animal et on lui dit que la licorne s’était blessée après qu’on lui ait tendu un piège. La princesse se demandait bien qui pouvait être assez cruel pour tendre un piège à un si bel animal. Elle décida donc de s’aventurer dans la forêt pour tenter de trouver la cause de ce problême.

Au beau milieu de la forêt, elle rencontra l’arbre de barbe à papa. Il était grand et tout rose. Il sentait le sucre et de gros morceaux avaient tendance à tomber de l’arbre quelques fois par jours. Les gens qui étaient assez chanceux pour réussir à goûter à cette sucrerie avaient la chance d’être guéris de n’importe laquelle maladie. La princesse demanda alors à l’arbre s’il avait vu quelqu’un tendre un piège à la licorne. Malheureusement, ce dernier n’a pas pu l’aider, car il dormait le matin où le malheureux incident s’est produit. Déçue, la princesse continua son chemin dans la forêt.

Quelques heures plus-tard, la princesse arriva à la fabrique d’arc-en-ciel. Celle-ci semblait arrêtée depuis un bout. Il y avait sûrement quelque chose qui n’allait pas. La princesse décida donc d’aller voir à l’intérieur qu’est-ce qui se produisait. L’usine à arc-en-ciel est opérée par 7 petits êtres de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, chacun s’occupe d’une couleur. Rapidement, lorsque la princesse entra dans l’usine, Bleu arriva et vint l’informer de ce qui se passait :

« – On ne trouve plus Jaune! Il est disparu!! Mais qu’est-ce qu’on va faire!!!, dit Bleu. Regarde les arc-en-ciel que nous fabriquons, il n’y a pas de jaune dedans!! »

C’est alors qu’un arc-en-ciel pas de jaune sorti de la fabrique.

« Quand est-ce la dernière fois que vous l’avez vu? demanda la Princesse.
– Hier soir lorsque nous sommes rentrés à la maison à la tombée de la nuit, répondit Bleu.
– Et vous n’avez pas eu de nouvelles depuis?
– Vert dit qu’il a entendu quelque chose venant de la forêt, mais nous m’avons pas oser aller voir.
– Très bien, je vais aller voir. Je suis justement à la recherche d’un vilain individu qui a blessé une magnifique licorne. Ces deux événements sont peut-être liés. »

La princesse sorti de l’usine et continua sa promenade dans la forêt enchanté.

Quelque instants plus-tard, elle arriva au champ de trèfles à quatre-feuilles. Le lutin responsable de la culture et la récolte des trèfles était en train de pleurer :

« Mais pourquoi autant de tristesse? Demanda la princesse.
– Regarde mes trèfles, ils n’ont que TROIS feuilles. Qu’est-ce qui se passe? Oh là là… »

La princesse commençait sérieusement à se demander si tout ces évènements étaient liés ensemble. Comme la nuit était sur le point de tomber, elle demanda à ses amis les fées de la reconduire au château pour qu’elle puisse aller dormir et réfléchir à tout ce qui se passe.

Au moment où elle s’apprêtait à entrer dans le château, elle vit un ombre s’enfuir rapidement en direction de la forêt. La princesse se mit à suivre l’ombre jusqu’à ce qu’elle le perde de vue. Déçue, elle retourna au château et alla se coucher.

Le lendemain matin, la princesse entendit du son venant d’une des salles de son château. Elle alla silencieusement voir ce qui se passait. C’était l’ombre. Elle était revenue et était maintenant dans le château. La pincesse s’approcha de l’ombre et au moment où celle-ci voulait s’enfuir elle dit :

« Attendez! Qui êtes-vous? Est-ce vous qui faites tout ce mal dans ma forêt? »
– L’ombre répondit : « Allez-vous en. Laissez-moi tranquille. ». Puis elle s’enfuit.

La princesse ne pouvait pas laisser l’ombre s’enfuir comme ça, elle demanda donc à une fée de suivre l’ombre du haut des airs. Elle arriva à une vieille maison, toute jaune. Elle avait de la difficulté à se tenir debout et on avait ajouté des bouts de bois sur les murs de roche pour l’aider à supporter son propre poids. C’était une vieille maison. La princesse descendit de son amie la fée et alla voir dans la maison. L’intérieur n’était pas plus luxurieux que l’extérieur. Il faisait noir et il y avait un petit feu pour éclairer les quelques meubles présents dans la pièce. La princesse se demandait bien qui pouvait rester dans cette maison.

Elle entendit alors un branche craquer derrière elle et se revira rapidement. C’était l’ombre. Les deux passèrent quelques instants à se fixer et la princesse lui dit : « – Viens ici, je veux savoir qui tu es. N’aie pas peur. »

L’ombre s’approcha. « Qui est tu? Pourquoi te cache tu? »
L’ombre rétorqua : « Je ne veux pas que vous me voyez.
– Et pourquoi donc? Vous savez, j’ai un très grand coeur et il me reste sûrement encore une place pour vous à l’intérieur.
– Non, vous ne m’aimez pas. Je ne suis pas une créature enchantée de la forêt. J’ai rien de magnifique. Je suis laid.
– Montrez-moi votre visage, dit la Princesse. Vous n’être sûrement pas aussi laid que ça.
– Très bien, mais vous l’aurez voulu. »

L’ombre révéla son visage. C’était un homme. Il avait un visage vert laid, un gros nez et deux yeux de grosseur différente. Il avait des grosses verrues et de longs poils qui lui sortait du nez.

La princesse lui dit alors : « Vous n’êtes pas si laid! J’aime toutes les créatures de ma forêt et vous ne faites pas exception. Mais je me demandais, pourquoi vous trouvez-vous laid? »
L’homme répondit : « On m’a jeté un sort. Je ne ressemblais pas à ça avant. Je suis laid maintenant.

– Vous n’êtes pas laid! Vous avez un grand coeur. C’est tout ce qui compte.
– Je n’ai pas un si grand coeur que ça. J’ai blessé une licorne.
– Qu’est-ce qui s’est passé?
– Elle m’a vu et elle a eu peur. Elle s’est enfuie mais est elle est restée coincée. J’ai tenté de l’aider mais je n’ai qu’empirer la situation en la blessant.
– Vous avez aidé une licorne coincée, ne dites pas que vous n’avez pas un grand coeur. Qu’est-ce que faisiez dans la forêt pour vous déplacer si rapidement que ça? Savez-vous ce qui s’est passé avec l’usine à arc-en-ciel et les trèfles?
– Je suis le coupable. C’est moi qui a fait tout ces problèmes. Je suis désolé. J’aimerais bien en parler plus longtemps, mais le temps file et je dois me dépêcher. J’ai été ravi de faire votre connaissance.
– Attendez! Qu’est-ce qui presse tant que ça?
– J’ai jusqu’au coucher du soleil pour récolter tout les ingrédients pour faire le remède à ma laideur, sinon je resterai comme ça pour toujours.
– Mais je peux vous aider, qu’est-ce qu’il vous manque?
– Alors voilà, j’ai cette feuille où tout les ingrédients sont inscrit. »

L’homme sorti alors une feuille de sa poche. Elle était jaune et décolorée, elle vieillissait à vue d’oeil et elle n’en avait plus pour longtemps avant d’être illisible. La princesse dit alors : «

– Voyons voir quels sont ces ingrédients : 1 pot de jaune, des feuilles de trèfles à quatre-feuilles, une chaudière d’eau de la rivière enchantée et de la barbe à papa de l’arbre sucré.
– Il ne manque que la barbe à papa. Ça fait très longtemps que j’attends le moment où l’arbre perde un gros morceau de sucrerie, mais ce n’est jamais arrivé. Je dois retourner voir là-bas le plus rapidement possible voir si ça s’est enfin produit.
– Attendez, je peux parler à l’arbre et lui dire de laisser tomber un morceau de barbe à papa. »

Alors, aussi vite que l’éclair, l’homme et la princesse se sont dirigés vers l’arbre à sucreries. La princesse convainquit l’arbre de lui donner un peu de barbe à papa et celui-ci fut laissa tomber un gros morceau de ses branches.

« Alors voilà! Nous avons tout ce qui faut, allons à ta maison pour faire la potion magique, dit la princesse. »

Ils sortirent la grosse chaudière et se mirent à faire le remède en suivant les instructions sur la feuille de l’homme.

« Une fois que l’eau enchantée boue, ajouter les feuilles de trèfles. Lorsque celle-ci sont bien molles, ajouter du jaune. Vous n’avez qu’une fraction de secondes pour y parvenir, sans ça, vous garderez votre couleur de peau à jamais. Une fois que le jaune est bien dilué dans la marmite, y ajouter la barbe à papa et mélanger le tout. »

La princesse dit alors : « Voilà! C’est prêt! Vite, bois en une gorgée, il ne te reste que quelques secondes.
– Je ne peux pas. ll me manque encore une chose, dit l’homme.
– Et qu’est-ce que c’est? il nous reste encore quelque temps avant que le soleil soit complètement couché. Nous avons le temps d’aller le chercher.
– Ce n’est pas un ingrédient. C’est quelque chose de magique. De très très rare et de très très fort.
– Qu’est-ce que c’est? Peut-être qu’il y en a dans mon château. Il y a un coffre magique dans lequel on peut faire apparaître quelque chose qu’on désire vraiment.
– Nous n’avons pas le temps de nous rendre à ton château. Je vais devoir boire le remède malgré tout.
– Qu’est-ce qui se passera, si vous n’avez pas cet ingrédient? Je veux savoir!
– Je retrouverai la jeunesse et la beauté, mais je resterai triste pour le reste de ma vie.
– C’est impossible, tout le monde a le droit de connaitre le bonheur et d’être aimé. Je ne crois pas à ça. Vous avez un grand coeur et c’est tout ce qui compte. Allez, il ne vous reste que quelques secondes. Buvez je vous dit!
– Non mais je… »

La princesse pris le remède et fit boire l’homme de force. Une grand lueur entoura l’homme puis un flash vif aveugla la princesse. Quelque instants plus-tard, l’homme était devant elle. Il était très joli et jeune. Il avait un magnifique sourire et de beaux yeux bleus.

« Merci, vous m’avez guéri! Je ne sais pas comment vous remercier. Je suis très heureux tout a marché malgré l’ingrédient qui manquait! Dit l’homme.
– Ça a fonctionné! C’est super! Mais dites-moi, quel était ce fameux ingrédient?
– L’amour. C’était l’amour. Je devrais trouver quelqu’un qui m’aimait de tout son coeur. C’était l’ingrédient le plus important. Je ne comprends pas pourquoi le remède a fonctionné malgré tout. J’ai rencontré personne qui m’a avoué son amour.
– … (la princesse se mit à rougir)
– Qu’est-ce qui vous fait rougir?
– Vous savez, l’amour peut se retrouver plus près de vous que vous ne le croyez.
– Je ne comprends pas, qu’est-ce que vous essayez de me dire.
– C’est moi l’amour. C’était moi l’ingrédient manquant pour votre remède. Je vous aimes de tout monde coeur.
– Mais… Quoi… Je?!?
– Dès la minute que je vous ai rencontré, je suis tombé en amour avec vous, malgré votre apparence. Je sais reconnaître les gens biens et les grand coeurs, et je suis littéralement tombée sous le charme.
– Pourquoi ne pas me l’avoir dit?
– Nous étions trop occupé à chercher les ingrédients, je n’ai pas eu le temps de vous avouer mon amour. Lorsque j’ai vu toute cette lumière sortir de votre corps, j’ai compris que vous étiez le bon.
– Je…
– Que direz-vous de devenir le Prince du château de cristal?
– J’en serais enchanté. »

Les deux nouveaux amoureux se rendirent au château et s’embrassèrent au rythme de la forêt enchantée et des millions de couleurs.

FIN